Bras garni ou non d’un fauteuil ou canapé sur lequel on s'appuie de côté.

Espace sur une chaise où l'on peut poser les coudes à l'image du pri-dieu, de la chaise de jeux voyelle ou de la ponteuse sur laquelle l'assise à califourchon permettait de s'accouder sur le dossier.

L'accoudoir est généralement rembourré pour un plus grand confort.

Enveloppe entourant l'âme du matelas. Cette enveloppe, faite le plus souvent de matières naturelles, permet de réguler la transpiration et la température. L'accueil peut être dynamique, moelleux ou ferme.

Mousse polyuréthane haute densité, élastique et microalvéole.

Ce type de mousse apporte un grand confort ainsi qu'une bonne ventilation.

Noyau servant de support. Le soutien peut être moelleux, ferme ou très ferme.

L'AME distingue également le support de tissu pour le passepoil. L'AME est également une petite garniture ferme en forme de pelote permettant de donner un bombé sur laquelle sera rapportée, en surépaisseur, une autre garniture faite de crin ou de mousse.

Large fauteuil entièrement recouvert de tissu, aux pieds parfois apparents, de la seconde moitié du XIXe siècle.

Certains sièges nécessitent un anglesage, à la pose de la couverture. Une étroite bande de carton est alors utilisée pour fixer le tissu, présenté auparavant sur l'envers. En rabattant l'étoffe, ce carton est caché, offrant une finition impeccable.

Procédé technique permettant d'offrir une finition invisible au tissu.

Il se réalise avec un carton à anglaiser. (Sur un support fixe est utilisée une bande de carton rigide de 1,5cm placé sur l'envers de l'étoffe avec une fixation à la semence ou à l'agrafe avant rabattage du tissu.)

Morceau d'étoffe de même nature servant à élargir la pièce de tissu principale.

Planter ses semences à moitié, pour maintenir en place toiles et tissus.

Forme élégante, en courbe puis contre-courbe, de la ceinture d'un siège ou d'une commode. Son apparition date de la Régence ( 1715 ' 1723 ) dessinée par l'ébéniste-sculpteur Charles Cressent. Ce profil rappelle l'arc d'arbalète du Moyen Âge.

Entrecroisement des fils de chaîne ( tissage sur la longueur de l'étoffe ) et des fils de trame. Leur axe perpendiculaire est appelé droit fil.

Dossier mobile permettant de se mettre dos ou face au feu. Tournis = Tournant.

Tapisserie composée de bandes verticales encadrées dans le tissu.

Couvertures de sièges. Principalement utilisé du moyen âge au XVI siècle.

Peau de mouton souple servant d'enveloppe pour un coussin que l'on remplit de duvet, le plus souvent remplacé par du coutil calle.



Structure du siège que l'on garnit.

Synonyme : carcasse, fût, bois de siège.



Toile en lin naturel n'ayant subit aucun traitement de teinture.

Gainage fixé sur certaines parties en bois d'un siège à fond suspendu pour les dissimuler. La blouse est surtout utilisée sur les façades des accotoirs.



Par opposition au bois apparent, se dit d'un siège lorsque son ossature est complètement recouverte par le tissu. Dans certains cas, les pieds sont même cachés par une frange ou un volant.



Petite bande de toile de 3 cm de large, rapportée sur l’envers d’une étoffe pour permettre une fixation invisible.