Base ou partie terminale d'un meuble, fixé directement à celui-ci ou bien supportant un piétement de forme variable. Il existe différentes sortes de pieds suivant les meubles et les époques : à griffe, en volute, en console, etc.

Pied de meuble caractéristique des tables, des chaises et des consoles Louis XIV et Louis XV. Ils est généralement en bronze doré et évoque le sabot d'un daim ou d'un cerf.

Tabouret à pieds articulés en X, dépourvu de dossier et d'accoudoirs, présentant une assise en cuir ou en tissu qui en assure la stabilité. On le rencontre en France à partir de la fin du XVIe siècle mais l'époque de sa grande diffusion est le XVlle siècle (cour de Louis XIV) et l'aire de son utilisation est l'Europe entière.

Petit meuble de toilette, coquet, très apprécié en France au XVIII siècle. Il présente une structure élégante, il possède plusieurs tiroirs, des éléments de soutien élancés et différents panneaux mobiles (sur charnières).

Meuble de forme analogue à la voyeuse servant à s'agenouiller pour prier, en appuyant les coudes sur le dossier.

Sorte de miroir très à la mode en France de la fin du XVIII siècle au début du XIX siècle, notamment sous l'Empire. De forme ovale ou rectangulaire, elle permet de se regarder en pied.

Canapé provençal généralement à siège paillé pour trois personnes... ce qui permet de radasser c'est-à-dire bavasser.

Terme désignant deux genres de meubles du XVIIIe siècle ayant tous deux pour fonction de conserver les boissons au frais. Le premier apparaît en Angleterre en 1730 et est utilisé pour le vin.

Lit de repos, semblable à la méridienne, caractéristique des époques Directoire, Consulat et Empire. Il se présente comme un divan dont les côtés courts, de hauteur égale, se terminent en une élégante volute, recourbée vers l'extérieur. Ce terme dérive du nom de la jeune dame que Jacques Louis David peignit dans l'une de ses 'uvres les plus célèbres, gracieusement étendue sur un lit de ce type.

Fauteuil à bascule américain. Son invention est attribuée à Benjamin Franklin entre 1760 et 1770. Les premiers types de rocking-chairs, au début du XIX siècle, sont de fabrication rustique et ont un dossier comportant des barres horizontales. Les plus rares sont en rotin.

Siège de vastes dimensions, à structure croisée, inspiré de la chaise curule romaine et dont la diffusion date de la Renaissance italienne. Ses pieds présentent des extrémités à patins ou à griffes ses accoudoirs sont droits et réunis à l'arrière par un longeron faisant office de dossier. Ce siège prend son nom du célèbre prédicateur florentin du XV siècle.

Meuble pour écrire, présentant un abattant muni d'une serrure permettant de conserver à l'abri des regards indiscrets des documents précieux ou personnels.

Meuble de rangement apparu sous Louis XVI et comportant sept tiroirs superposés, un pour chaque jour de la semaine dans un bâti tout en hauteur surmonté d'un marbre. Il porte souvent l'estampille de grands ébénistes.

Terme désignant différents types de petites tables d'appoint, très en vogue au XVII siècle. Utilisées au salon comme au jardin, ces tables assumaient dans les salles à manger une fonction particulière: disposées aux extrémités de la table du milieu, elles recevaient la nourriture et la vaisselle utiles aux repas et permettaient aux hôtes de se servir seuls.

Terme désignant à l'origine une petite table à plateaux multiples, fort en vogue au XVIII siècle. La variante vénitienne est constituée de plateaux circulaires soutenus par un axe central.

Meuble introduit dans l'ameublement anglo-saxon dans la seconde moitié du XVIII siècle, vraisemblablement par l'architecte Robert Adam. Placé dans la salle à manger, contre un mur, il se compose généralement d'une partie centrale avec un plateau et des tiroirs pour le linge de table et des portes latérales pour la vaisselle il repose sur six pieds, quatre devant, deux derrière.

Pièce de mobilier typiquement féminine, dont les premiers exemplaires, produits en France et en Angleterre à partir de 1750, étaient composés d'un plateau (généralement mobile), soutenu par des pieds réunis par une rangée de tiroirs plus ou moins nombreux.

Pièce de mobilier qui a fait son apparition en France au XVII siècle. Elle était alors destinée à être placée contre un mur et surmontée d'un grand miroir.

Petite table plateau portative ayant fait son apparition en France au XVIII siècle et destinée à être utilisée au lit. Elle se composait de quatre petits pieds d'un miroir, de petits tiroirs et compartiments dans lesquels ranger des objets de toilette, d'un pupitre et de poignées pour le transport.

Petit siège de forme ovale ou circulaire, soutenu par quatre pieds droits galbés, en ciseau ou cambrés. Le tissu qui recouvrait l'assise était en soie ou en damas. Son usage fut introduit en France sous le règne de Louis XIV disposer d'un tabouret à la Cour était signe de grande faveur.

Petite table à ouvrage, caractéristique du style Restauration. Le plateau, constitué d'un couvercle muni d'un miroir, recouvre différents compartiments ; il peut être de forme ovale, ronde ou rectangulaire. Le piétement est souvent en forme de lyre ou de "S".